Voiture Connectée : l’essayer c’est vraiment l’adopter ?

Voiture connectée

Kantar TNS révèle les résultats de son étude Connected Car, qui s’intéresse aux comportements de plus de 8 500 possesseurs de véhicules connectés à travers l’Europe, l’Amérique du Nord et la Chine*. Les constructeurs automobiles doivent faire face à un paradoxe : alors que 74% des Français utilisent les fonctionnalités connectées de leurs véhicules, 58% n’envisagent pas ou ne savent pas s’ils renouvelleraient leur choix de voiture connectée. Pour autant, plus de la moitié d’entre eux serait prête à payer pour des services connectés qui correspondent à leurs attentes.

Une connectivité qui séduit

Les automobilistes voient bien l’intérêt d’acheter une voiture connectée : 63% au global. La tendance est plus relative en France avec 47% de conducteurs connectés convaincus.

Malgré d’importants investissements pour proposer de nouvelles technologies et services connectés (pour un marché estimé à 113 milliards d’euros en 20201) les marques automobiles peinent à convaincre des bénéfices de ces nouvelles fonctionnalités : si 74% des propriétaires français de véhicules connectées utilisent au moins une fonctionnalité connectée de leur voiture, 26% ne les utilisent pas ou ignorent même leur existence.

De plus, 58% des conducteurs français qui ont eu accès à ces services au moment de l’achat de leur véhicule n’envisagent pas ou ne savent pas s’ils renouvelleraient leur choix à l’avenir.

« Les constructeurs automobiles se disputent le marché en différenciant leurs offres grâce à des technologies et des services de plus en plus sophistiqués« , commente Karen Tartour, Directrice de l’expertise Automobile de Kantar TNS« Pour autant, tous les services inclus dans les packages ne sont pas forcément valorisés ni même utilisés par les clients. »

Voiture Connectée : 1 Français sur 2 serait prêt à payer pour des services de navigation

Au niveau mondial, plus de 6 répondants sur dix (67%) sont prêts à payer pour des services de navigation (trafic en temps réel, géolocalisation du véhicule…). En France, ils sont 56%. Cette proportion passe à 50% pour des services liés à l’« infotainment » (30% en France), les acheteurs préférant souvent utiliser des applications smartphones bien connues plutôt que des services intégrés.

Globalement, les propriétaires de marques premium adoptent plus facilement les fonctionnalités connectées ; ils sont plus nombreux à être prêts à payer pour en bénéficier que les propriétaires de véhicules de moyenne gamme. 74% d’entre eux sont, par exemple, prêts à payer pour des services de navigation (64% en France).

Voiture connectée

Connectivité, Sécurité et Confidentialité : un rapport de confiance à renforcer

En termes de sécurité des données personnelles, les marques automobiles sont relativement bien perçues par les conducteurs : elles bénéficient d’une confiance plus grande que les grandes firmes Internet : 42% des Français interrogés font confiance aux marques automobiles concernant le respect des données privées ; ils ne sont que 9% à faire confiance aux entreprises telles que Google et Facebook.

Au-delà de la sécurité et de la confidentialité des données, les constructeurs automobiles ont tout intérêt à démontrer que la technologie peut améliorer la sécurité des conducteurs et des passagers pour attirer les consommateurs : 32% des Français utilisateurs des fonctionnalités connectées montrent un intérêt pour les outils connectés pouvant améliorer la sécurité des conducteurs et des passagers : les constructeurs automobiles ont tout intérêt à démontrer les bénéfices de ces technologies dans ce domaine.

Karen Tartour précise : « C’est l’expérience qui est finalement le plus grand vecteur d’achat et de valorisation des services connectés. Les constructeurs automobiles doivent donc en faciliter l’usage en proposant des services simples, intuitifs et en trouvant des solutions pour aider les clients au moment où ils en ont besoin. »

Voiture connectée

*La Chine : l’Eldorado de la voiture connectée

Sans surprise, la Chine est le marché parfait pour les marques automobiles qui souhaitent lancer leurs innovations. C’est le pays le plus ouvert aux innovations liées à la conduite connectée : voiture hybride / électrique (79% d’intérêt en Chine pour 48% en France), voiture autonome (75%  en Chine pour 35% en France), auto-partage (68% en Chine pour 23% en France).

La Chine se démarque des autres marchés en se montrant plus ouverte aux technologies. L’étude a révélé que les conducteurs chinois sont plus intéressés par les fonctions connectées telles que l’aide à la navigation, avec 65% des répondants en Chine qui ont adopté ces outils, pour seulement 40% des Français. Ils sont également plus attirés par les fonctions facilitant l’accès à l’information et au divertissement telles que les réseaux sociaux et l’accès aux musiques et vidéos en streaming, 40% choisissant ces options pour leur véhicule pour 13% en France.

Pour autant, au global, un grand nombre de propriétaires (55% en France, 42% au global) connaissent des systèmes de conduite autonomes mais ne sont pas intéressés- ce chiffre tombe à 14% en Chine, où habitent les propriétaires de voitures les plus «technophiles ».

 

Source : Kantar TNS

Autobiz_LeMobiliste