Marché du véhicule neuf : +5,6% en 2017, tout va bien chef !

véhicule neuf

Les données du Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA) viennent de tomber. Sans surprise, le marché français du véhicule neuf a dépassé les 2,11 millions de véhicules particuliers vendus en 2017. Tout le monde en a profité sauf peut-être…

 

« Yabba Dabba Doo ! » c’est par cette formule bien à propos que nous pouvons résumer l’année 2017 du marché automobile français. 2 110 751 véhicules particuliers ont été vendus sur les douze derniers mois. Soit une progression de 5,6% à nombre de jours ouvrés comparable à 2016.

Le soleil brille pour les marques françaises

Les groupes français se portent à merveille chez eux. Avec 54,54% (+1,97%) de part de marché en 2017, ils sont les grands gagnants de cette croissance. Nous parlons tout de même de 1 151 190 unités immatriculées. PSA a profité des ventes additionnelles d’Opel (27 016 unités) et de l’excellente santé de la marque Peugeot (+98,2% !!) et la bonne tenue de Citroën (+3,3%).

Le groupe Renault (Renault et Dacia) a vu ses ventes croître de 3,1%. La marque au losange a vendu 416 578 unités sur le territoire français (+2,1%) tandis que la plus roumaine des marques françaises s’est envolée de 6,6% avec 117 865 immatriculations.

Les marques importées ont la santé

Le groupe Volkswagen et ses douze marques (VW, Seat, Audi, Skoda, Lamborghini…) est toujours le premier importateur en France avec un croissance de 1,4% en 2017. La marque allemande peut dire merci au dynamisme de ses marques Seat et Skoda. Toyota fait un bond de 13,6% quand l’autre grand constructeur japonais Nissan a gagné 1,5%. La stratégie de voiture hybride de Toyota porte ses fruits.

Les Premium allemandes ont poursuivi leur progression l’année dernière. Le groupe BMW a avancé d’environ 2,4% sur l’année, tandis que Daimler (Mercedes et Smart) s’est amélioré de 7,2%. Tout ça malgré un sacré coup de pompe en décembre.

Le diesel passe sous la barre des 50%

Décidément, rien ne sera épargné au diesel.  Le carburant tant décrié aujourd’hui est tombée à 47,3% des immatriculations de voitures particulières neuves en 2017. Nous n’avions pas vu ça depuis 2000, lui qui il y a encore 5 ans représenté les trois quarts du marché du véhicule neuf automobile français.

Les motorisations essence grimpe à 47,6% de parts de marché. L’essence devient la motorisation leader en France. Le situation devrait empirer pour les motorisations diesel avec l’augmentation du malus écologique, la hausse des prix du carburant et la décote croissante des véhicules sur le marché de l’occasion.

Les ventes de voitures 100% électriques ont progressé à 1,2% du marché, contre 3,8% pour l’hybride. Le manque de modèles n’aide pas le marché à s’épanouir. Les automobilistes sont prêts, il ne leur manque que l’offre des constructeurs qui va arriver progressivement sur les 5 prochaines années sur le marché du véhicule neuf.