A quoi ressemble la voiture de demain pour les français ?

Voiture de demain

Sera-t-elle forcément électrique ? Avec la fin annoncée de la vente des véhicules essence et diesel d’ici 2040 et l’objectif de disparition des moteurs thermiques dans Paris à l’horizon 2030… Le débat sur la fin des motorisations thermiques au profit des motorisations « vertes » (électriques, hybrides) s’installe durablement dans la société française. A la demande de Reworld Media pour Auto Moto, Harris Interactive a interrogé un échantillon représentatif de Français pour connaître leur perception de la « voiture de demain ». Nous vous dévoilons le résultat de cette étude.

Innovations automobiles : des sujets qui intéressent les Français !

Les Français se montrent, en premier lieu, intéressés par les sorties de nouveaux modèles (62%), les nouvelles motorisations (61%) et les technologies embarquées (57%) : des innovations d’ores-et-déjà au coeur des préoccupations puisqu’ils sont 69% à souhaiter acheter une voiture intégrant ce qui se fait de plus moderne en matière de technologie.

Hybrides & électriques : des intentions d’achat élevées

Même si le critère économique reste prioritaire dans l’optique d’achat d’un véhicule (le prix pour 58%, et la faible consommation pour 55%), 7 Français sur 10 se déclarent prêts à payer plus pour une voiture respectueuse de l’environnement, privilégiant même, désormais, la fonction à l’esthétisme. La voiture de demain sera donc fonctionnelle.

Cette tendance se confirme lorsque sont évoquées les motorisations envisagées dans le cadre d’un futur achat : l’hybride, déjà ancré dans les esprits, est envisagé (à court terme) au même niveau que l’essence (72% & 71%, respectivement) ; tandis que l’électrique, qui séduit près d’un Français sur 2 (48%), devance le diesel qui voit sa cote s’effriter (45%).

Les Français s’avèrent donc prêts à acheter ces nouvelles motorisations, même si des freins restent encore à lever.

L’électrique : un marché encore méconnu

Alors qu’ils s’avouent encore peu familiers avec cette « voiture de demain » (41% sont incapables de citer spontanément un modèle ou une marque de voiture électrique, et seuls 19% ont déjà eu l’occasion d’en tester une que cela soit en tant que conducteur ou passager), les Français jugent l’offre de véhicules électriques encore insatisfaisante et insuffisante à date : seulement 36% estiment qu’elle répond aux besoins actuels et 31% qu’elle est assez complète.

Les freins à l’achat des véhicules électriques : fantasme ou réalité ?

L’achat d’un véhicule électrique est conditionné par l’autonomie (pour 95% des sondés), l’accessibilité aux bornes de recharge (94%), le temps de charge (93%). Les infrastructures adaptées, les économies réalisées, la baisse du prix et les aides à l’achat (92%) jouent également un rôle déterminant dans la prise de décision.

Interrogés sur les caractéristiques de la voiture électrique, nos concitoyens révèlent leurs ambitions et leurs attentes : une autonomie de 587 km, un temps de charge de 3h et un budget d’un peu plus de 14 000. Aujourd’hui, il faut mettre un billet supérieur à 14 000 euros pour une telle autonomie, sans parler de l’infrastructure électrique domestique pour s’assurer une charge pleine en seulement 3h. La V.E s’installe dans l’imaginaire collectif mais il y a encore du travail.

En synthèse un marché porteur, mais pas encore arrivé à maturité

La méconnaissance du marché, une offre jugée encore insuffisante et pas assez satisfaisante sont autant d’éléments expliquant que les Français imaginent la maturité du marché électrique pas avant 2025. Les grands esprits…

Amazon_X-mas_3