Carburants : pourquoi une telle augmentation des prix ?

Hausse carburants

Pourquoi le prix des carburants a-t-il augmenté le 1er janvier 2018 ? Quel impact sur le pouvoir d’achat des automobilistes ? Veut-on encore du diesel en France ? Au lendemain du réveillon de la Saint-Sylvestre ces questions sont légitimes. Il suffisait de passer à la pompe pour comprendre que l’usage de sa voiture allait coûter beaucoup plus cher cette année.

Pourquoi cette hausse ? L’augmentation de deux taxes

Elle est le fruit de la hausse de deux taxes. L’Assemblée Nationale a décidé d’augmenter la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE) et la contribution climat énergie (taxe carbone). Une mesure passée sans créer de remous et dans l’indifférence générale.

Nous constatons très vite que la hausse la plus forte est appliquée au diesel avec +7,6 centimes/litre contre « seulement » +3,9 centimes/litre pour l’essence. Soit une belle augmentation de 10% pour le diesel auquel il faut rajouter les 20% de TVA aux deux carburants.

Quel impact sur le pouvoir d’achat ?

L’impact sera important. Selon l’Union française des industries pétrolières (UFIP), le budget carburant va augmenter en moyenne de 240 à 350 euros par an pour un automobiliste selon le carburant utilisé.

Une somme considérable qui amènera le citoyen à faire un choix et à changer ses habitudes. C’est clairement la volonté affichée par le pouvoir en place, le choix de l’écomobilité.

Une volonté d’alignement et le coup de grâce porté au diesel ?

L’enfant chéri de l’industrie automobile française n’est clairement plus le bienvenu sur les routes de l’Hexagone. Après des décennies de soutien et de promotion, la gazole est aujourd’hui au banc des accusés. Alors qu’il est encore « présumé coupable » de faire plus de 40 000 morts prématurées par an, il a déjà connu un fort ralentissement en 2017 qui ne s’arrêtera pas en 2018.

Si la hausse à la pompe du diesel est plus forte, c’est pour aligner son prix sur celui de l’essence. L’augmentation du prix du gazole, la prime à la conversion 2018 et la hausse du Malus à l’achat d’un véhicule diesel sont les preuves de la fin d’une ère. Le carburant des Balladurette et Jupette a fait son temps et n’appartient pas à l’avenir. Il s’est fait Macroniser.

Attention, il fera toujours partie de notre quotidien à l’usage. On ne raie pas plusieurs décennies et des millions de voitures d’un revers de loi. Le temps et le changement de mentalité feront leur oeuvre. L’arrivée massives de modèles hybrides, électriques et hydrogènes faciliteront la transition. Essence prend garde à toi.