Les avantages du vélo à assistance électrique

Bonus écologique VAE

Vous en avez surement déjà croisé un, alors que vous pédaliez de toutes vos forces pour remonter une côte. Le cycliste ne faisait, contrairement à vous, aucun effort supplémentaire et ne montrait aucun signe de fatigue : pas d’énormes gouttes de sueur sur son front, pas de respiration accélérée, pas de douleur aux cuisses… Le veinard, il roulait en vélo à assistance électrique ou VAE!

Avec ces vélos, vous pourrez dire au revoir aux montées exténuantes et aux efforts supplémentaires face au vent ! De plus en plus d’entreprises et de particuliers se laissent charmer par ces nouveaux engins. En effet plus de 102 000 exemplaires ont été vendus en France en 2015. Envie de vous laisser séduire ?

Il existe aujourd’hui des modèles pour tous les goûts, du simplissime vélo de ville aux VTT en passant par les vélos de course ! Mais il y a une chose que vous devez savoir avant tout : c’est l’assistance qui est électrique et non pas le vélo ! Il faut de toute façon pédaler pour que ça roule!

Il existe 2 grandes familles de VAE.

La plus répandue est celle des vélos avec capteur pédalier. Avec ceux-là, une fois que vous commencez à pédaler et que le moteur se met en route, peu importe, que vous appuyez sur les pédales ou non, l’assistance vous emmène rapidement jusqu’à 25 km/h. Ce type de vélo est idéal pour arriver rapidement à destination sans aucune fatigue.

La deuxième famille, ce sont les vélos où l’assistance électrique sera proportionnelle à l’effort fourni. C’est à dire que le moteur du vélo est alimenté en fonction de la pression que vous exercez sur les pédales. L’assistance est donc sollicitée à son maximum au démarrage et en côte où le vélo compensera vos efforts. Leur vitesse ne dépasse pas les 25 km/h.

femme-vae

Il existe aussi des « speed bikes » qui atteignent les 45 km/h, mais ne sont plus considérés comme des vélos : ils nécessitent une immatriculation et ne sont pas autorisés sur les pistes cyclables. De plus, le casque est obligatoire.

Il faut savoir qu’en moyenne, vous roulez à 19 km/h, donc plus vite qu’un bus (17 km/h) ou qu’un vélo classique (15 km/h). Et n’oubliez pas que grâce à l’assistance électrique, vous pourrez parcourir des distances bien plus longues qu’en vélo classique.

Côté autonomie, les fabricants donnent des fourchettes assez larges. En effet, vu le nombre de paramètres qui entrent en compte (votre poids, le gonflage des pneus, le relief etc.), il est impossible de donner un chiffre exact !

Et le prix dans tout ça ? Il est extrêmement variable et peut aller de 700 à plus de 6000 euros : entre 700 et 1 200 €, le choix est déjà large mais il ne faut pas être trop exigeant sur la qualité des finitions.

vae-2

Entre 1 200 et 3 000 €, vous avez des vélos urbains bien équipés et de très bonne qualité ainsi que des VTT convenables.

vae-1

C’est cher, oui, mais le prix sera vite amorti si vous utilisez votre VAE au lieu de la voiture ou des transports en commun pour vos petits déplacements quotidiens. De plus, plusieurs villes proposent une subvention à l’achat d’un VAE. A Paris ou à Caen en Normandie, elle peut aller jusqu’à 400 €.

Sachez que l’achat sur Internet est à éviter. En effet, avant d‘acheter un VAE, il faut impérativement l’essayer ! Les revendeurs proposent des locations pour tester sur une longue distance comme le trajet domicile-travail.

Enfin n’oubliez pas certains petits points qui vous faciliteront la vie : un VAE pèse entre 20 et 30 kg avec la batterie. Choisissez donc le modèle le plus léger possible selon votre budget!

Faites aussi attention aux vols : Les petites reines électriques sont chères et surtout très utiles ! Elles peuvent donc faire des envieux. Un réflexe à avoir : retirez toujours la batterie quand vous garez la vôtre.

Pour le lancement de la chronique Femme en mouvement, notre partenaire Bébé Confort vous offre un siège auto d’une valeur de 649 euros ! Tentez votre chance, cliquez ici

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Amazon_X-mas_3