Les constructeurs vont investir 90 milliards dans le véhicule électrique

Devis borne de recharge 90 milliards

Les annonces de Ford (11 milliards de dollars) et de Peugeot bouclent la course aux investissements à l’électrification du parc automobile à l’horizon 2015. Reuters estime à 90 milliards de dollars (74 milliards d’euros) la somme que comptent investir les grands constructeurs mondiaux dans la voiture électrique.

Alors que le véhicule électrique ne représente que 1 % des 90 millions de véhicules vendus chaque année dans le monde, les annonces d’investissements se sont enchainées depuis septembre 2017. Le secteur va connaître une croissance extrêmement rapide dans les prochaines années.

Bien aidées par les différents scandales aux particules fines, le Dieselgate et encore récemment la maltraitance animal, nous ne comptons plus les annonces constructeurs autour de l’électrification de leur gamme. En réalité si, nous les comptons : GM (8 milliards de dollars), Volkswagen (20 milliards d’euros), Daimler (11,7 milliards de dollars), Nissan, Renault, Mitsubishi, Opel, BMW, Kia, Hyundai, pour les plus connus, investissent massivement dans l’électrique.

La Chine donne le rythme

C’est bien la Chine le métronome. Le pays du soleil prévoit l’introduction de ses premiers quotas en 2019. De part son potentiel, il concentrera une bonne partie des premiers investissements. L’Europe et l’Amérique du Nord ne seront pas en reste mais sur un plus long terme.

Rappelons qu’il s’est vendu au total 149 086 nouveaux modèles 100 % électrique (hors range-extender) en Europe en 2017. Un record mais très loin de l’attrait de la Chine et de ses 350 000 ventes de VE en 2016. Des chiffres bien supérieurs aux autres marchés mondiaux et ce bien avant l’annonce des quotas.

De nombreux constructeurs hors tempo

Certains constructeurs sont très en retard et doivent payer très cher pour le rattraper. Car entre les modèles électriques et hybrides rechargeables, c’est plusieurs dizaines de nouveaux modèles qui sont attendus au cours des cinq prochaines années. Associée à la montée en puissance des packs batteries nouvelle génération, cette avalanche de nouveautés promet de bouleverser le marché et les mentalités.

En France, de nombreux automobilistes sont encore sceptiques. Les adorateurs du bon vieux moteur thermique diesel ou essence sont encore légion. Le marché n’attend pas, il avance et les constructeurs automobiles l’ont bien compris.

Projetons-nous en 2025 et gageons que les détracteurs du véhicule électrique seront ses plus fidèles partisans. Ils vanteront les mérites de ne plus dépendre au quotidien du prix du baril de pétrole et de la fin des queues interminables à la pompe à essence. Il y a 90 milliards de dollars de raisons de penser qu’il s’agit du sens de l’histoire.

Autobiz_LeMobiliste