30 921 véhicules électriques immatriculés en 2017 !

Les Français se tournent de plus en plus vers les véhicules électriques. En effet, 30 921 véhicules ont été immatriculés en 2017, soit une hausse de + 13 % par rapport à 2016. Le marché de l’électrique représente ainsi un peu plus de 1,2 % des immatriculations de véhicules neufs en 2017. Cette hausse manifeste reste cependant inférieure à l’évolution observée en 2016 par rapport à 2015 (+ 26 %) et rappelle la fragilité du marché et l’importance du soutien de l’Etat à son développement.

En décembre 2017, 3 338 véhicules électriques ont été immatriculés, soit une légère hausse de + 2 % par rapport à 2016. Bien que porté par le segment des modèles particuliers (2 726 unités), ce sont les utilitaires électriques qui accompagnent l’évolution du marché avec une hausse de + 35 % par rapport à décembre 2016 (612 immatriculations). Du côté des voitures hybrides rechargeables, la hausse est significative puisque 1 498 modèles ont été immatriculés (+ 129 %).

I – Bilan 2017

Véhicules électriques particuliers (VP)

En constante progression depuis son lancement, le marché des véhicules électriques particuliers continue sur sa lancée avec une hausse de + 14 % par rapport à 2016, soit 25 983 nouvelles immatriculations, dont 1 073 avec prolongateur d’autonomie.

Comme en 2016, l’alliance Renault-Nissan, suivie par l’Allemand BMW, truste les premières places du podium. Cette année encore, la Renault Zoé caracole en tête du classement avec 15 245 immatriculations, soit une hausse de + 34 % par rapport à l’an passé. Le modèle phare propose depuis fin 2016 une autonomie de 400 kilomètres, bien supérieure à ce qu’offrent actuellement les autres véhicules de la même catégorie, ce qui explique son succès.

Malgré une politique commerciale percutante, seulement 2 381 Nissan Leaf (- 38 %) ont été mises à la route cette année. Cependant, il est possible de commander la nouvelle version du véhicule, très attendue, depuis octobre dernier. Cela ne fait donc aucun doute que les immatriculations repartiront de plus belle lors des premières livraisons.

Les immatriculations de BMW i3 restent quant à elles dynamiques avec une hausse de 45 %, soit 1 954 unités dont 1 073 dotées d’un prolongateur d’autonomie.

Arrivent ensuite les Smart ForTwo (938 unités contre 26 en 2016), la Peugeot Ion (874, – 27 %) et la Tesla Model S (862, + 9 %).

En 2017, les modèles électriques représentent 1,47 % des nouvelles immatriculations des véhicules particuliers, contre 1,35 % en 2016.

Véhicules électriques utilitaires (VU)

Le marché de l’utilitaire électrique est lui aussi dynamique puisque 6 011 nouvelles unités ont été mises à la route en 2017 (+ 8 %).

Les constructeurs français se sont emparés du podium : le Renault Kangoo reste leader du secteur avec 2 546 unités (+ 7 %), suivie par la Zoé (675 modèles immatriculés, + 67 %) et le Peugeot Partner (660 véhicules, soit une hausse de + 50 % par rapport à 2016).

Le trio de tête est suivi de près par la Nissan e-NV200 (597 unités, + 40 %), le Citroën Berlingo (586, + 116 %) et le Goupil G4 (477 unités).

Véhicules hybrides rechargeables (VHR)

Le marché du véhicule hybride rechargeable aura quant à lui été très dynamique en 2017 grâce aux nombreux nouveaux modèles commercialisés. Ainsi, 10 803 immatriculations ont été enregistrées, soit une hausse de + 67 % par rapport à 2016 (6 467 unités).

Cette fois-ci, ce sont les constructeurs allemands qui ont su intéresser les automobilistes français. Mercedes a ainsi immatriculé 2 112 GLC (sorti au second semestre 2016), tandis que 871 Volkswagen Golf GTE (- 17 %) et 762 BMW 225 xe (+53 %) ont été mises à la route.

On dénombre ensuite 651 Volvo XC90 (- 12 %), 608 Mini Countryman, un modèle arrivé cette année en concession, et 598 Volkswagen Passat (+ 24 %).

Sur l’ensemble de l’année 2017, le marché de la voiture hybride rechargeable représente 0,51 % des immatriculations de véhicules neufs en France, contre 0,32 % en 2016.

II – 2018, une année de transition ?

La perte de vitesse du diesel, le soutien des pouvoirs publics et l’arrivée de nouveaux modèles sont des signes qui laissent présager une année de forte progression pour l’automobile électrifiée. Rien n’est gagné pour ce marché qui manque encore cruellement d’offres des constructeurs.

Véhicules hybrides rechargeables (VHR)

Le marché n’en est qu’à ses balbutiements. Il faudra attendre plus de modèles, et surtout, d’autres que ceux des marques premium allemandes pour démocratiser la voiture hybride rechargeable.

La fin du bonus écologique de 1 000 € et la baisse à 1 000 € de la prime à la conversion (2 500 € actuellement) ne vont pas l’aider. Lorsque l’on connaît le prix moyen d’une voiture hybride rechargeable, le gap entre ces deux mondes est tellement énorme qu’il rend presque risible le « coup de pouce ».

Cependant, la voiture hybride rechargeable a une très grosse carte à jouer sur le marché professionnel et de l’entreprise. Marchés sur lesquels elle peut tenir la dragée haute à la motorisation diesel (TCO de qualité et fiscalité avantageuse).

Véhicules électriques particuliers (VP)

« Jusqu’ici tout va bien ». Une belle progression en 2017, même si peut mieux faire, et de nombreux modèles vont arriver d’ici au second semestre 2018. La commercialisation de la nouvelle Nissan Leaf va redynamiser le marché du VE en début d’année. Le plus gros des troupes débarquera lors du quatrième trimestre.

Autre point positif, le bonus écologique de 6 000 € sera maintenu en 2018 avec une aide toujours limitée à 27 % du prix d’achat de la voiture. Nous noterons une baisse sur la prime à la conversion, cumulable avec le bonus, qui sera réduite à 2 500 € au lieu des 4 000 € actuels. Soit une aide totale pouvant tout de même atteindre les 8 500 €. Cette aide à l’achat reste un bon argument pour convaincre.

Source : AVERE FRANCE